• infos-canyon mention légale3
  • infos-canyon menttion légale3
  • infos-canyon-mentions légale2
  • infos-canyon -mention-légale1
  • canyon infernet
  • canyon-Georgette-Craponoz
  • canyon-du-Jabron-3
  • orienttation-canyon-2

Canyon du pont du diable, interdiction temporaire

Suite aux orages de vendredi dernier et le passage d’une crue énorme dans le pont du diable, ce dernier a été interdit par arrêté municipal. Le canyon est actuellement dangereux (plusieurs embâcles siphonnants qui ont modifié les obstacles) et peut être même pas faisable sans un équipement spécifique. Quelques pros se sont déjà bien acharnés en enlevant l’embâcle terminale, mais le canyon ne sera probablement pas praticable avant plusieurs semaines. Dans tous les cas, les sauts ne se referont pas sans avoir bien tout sondé.

 

Nous nous sommes rendus avec d’autres membres du CDPC 73 (Comité Départemental du Pilotage du Canyonisme de Savoie), suite aux violents orages qui ont touché le cœur des Bauges vendredi dernier :
– les 50 à 70 mm qui sont tombés en 1h30 sur les hauteurs de Bellecombe en Bauges ont engendré très probablement une vague de crue avec un pic de crue très probablement aux alentours de 50m3/s (évènement d’ordre vicennal). Le front de crue a charrié d’importantes quantités de bois morts qui ont trouvé dans le canyon du Pont du Diable, plein de rugosités pour « s’accrocher ».
– Il reste dans le canyon d’importants embâcles, dont celui impressionnant à la fin qui a été enlevé depuis par les canyonistes locaux.
 
– Ici, on a enfin la preuve de ce que je pensais être un mythe, la formation de barrages temporaires pendant une crue (2ème photo). Les traces de crue sur la paroi ne laissent pas trop de doute au fait d’un embâcle temporaire s’est installé au niveau de la première vasque qui s’est remplie sur une hauteur de 7 m environ. L’embâcle a sans doute lâché pendant la crue.
– Le canyon est actuellement impraticable et dangereux du fait du bois mort qui représente autant d’obstacles potentiellement mortels, et pas seulement pour les sauts. De nombreuses zones sont siphonanntes ou présentent des risques de blocage. Les obstacles ont été modifiés et une vasque est réhaussée de plus d’1 m, où près de 200 m3 d’eau ne sont retenus que par un embâcle à la stabilité précaire (dernière photo). Des vigies seront mise en place jusqu’au Chéran, pour éviter tout risque pour les baigneurs à l’aval au moment où l’embâcle sera enlevée.
Et encore beaucoup de choses à dire sur le rôle du changement climatique, des régimes de crue, des impacts sur la biodiversité de tels évènements ou de la vulnérabilité de certaines activités de montagne. texte : Johan BT