• infos-canyon mention légale3
  • infos-canyon menttion légale3
  • infos-canyon-mentions légale2
  • infos-canyon -mention-légale1
  • canyon infernet
  • canyon-Georgette-Craponoz
  • canyon-du-Jabron-3
  • orienttation-canyon-2

Pratiquer avec les jeunes

Le canyonisme consiste à progresser dans un talweg pouvant se présenter sous forme de torrents, ruisseaux, rivières, gorges, avec ou sans présence permanente d’eau et pouvant présenter des cascades, des vasques, des biefs et des parties subverticales. Il exige une progression et des franchissements pouvant faire appel, selon les cas, à la marche en terrain varié, à la nage, aux sauts, aux glissades, à l’escalade, la désescalade, à la descente en rappel et autres techniques de progression sur corde.

La variété des paysages et des écosystèmes engendrée par la nature de la roche encaissante (calcaire, granite, gneiss, basalte…), la situation géographique (région, altitude), les modes de creusement font des canyons des sites exceptionnels pour observer la nature, l’évolution des paysages, l’adaptation des espèces végétales et animales. L’usage de ces sites, de l’eau qui les traverse, par l’homme au cours des âges autorise une approche anthropologique et culturelle : peintures rupestres, habitat, moulins, pêche, agriculture, etc.

Valeurs et finalités éducatives de l’activité

Les tranches d’âge sont données à titre indicatif pour faire le lien entre les objectifs de l’activité et les possibilités de l’enfant au regard de son développement psychomoteur.

Découvrir un autre monde (moins de 11 ans)

  • Découvrir un environnement particulier qui met en éveil tous les sens.
  • Découvrir de nouvelles motricités pour se déplacer dans un milieu spécifique, apprivoiser la flottabilité du matériel.
  • Observer les formes creusements et les espèces animales ou végétales qui ont colonisées ce milieu.

Construire son autonomie et découvrir ses propres limites (11-14 ans)

  • Comprendre et s’approprier un nouvel environnement en s’interrogeant sur sa formation.
  • Identifier des éléments fragiles du milieu qu’il convient de protéger.
  • Acquérir de l’autonomie en adaptant son mode de progression en fonction de la configuration du terrain et de la préservation du milieu.
  • Découvrir des techniques de progression sur cordes pour franchir des obstacles.
  • Se confronter à l’eau en mouvement et envisager des stratégies de déplacement.
  • Cerner ses limites, contrôler ses émotions, évaluer ses capacités corporelles.

Oser, s’évader, partager et goûter à la liberté (15-18 ans)

  • Maîtriser les différents types de technique de déplacement avec ou sans agrès, au fil de l’eau ou sur les berges, les adapter aux circonstances.
  • Bâtir un projet de sortie adapté aux capacités du groupe (prendre des informations sur le canyon avant de partir, réduire les risques en évaluant la progression…).
  • Rendre compte de sa course et de l’observation du milieu (textes, schémas, photos, vidéos).
  • Ces finalités éducatives de la descente de canyon peuvent vous aider à élaborer votre projet éducatif.

Mots clés de l’activité : milieu spécifique, activité aquatique, motricité et comportement adaptés, aventure, solidarité, responsabilité, plaisir partagé.

 

Conditions d’organisation de la pratique

L’encadrement

Les conditions d’encadrement de cette activité contre rémunération sont précisées dans l’art. L212-1 (c. sport). Il est réalisé par des personnes qualifiées issues du milieu fédéral ou professionnel.

Lieux d’activité

En site naturel ou sur structures artificielles qui permettent l’apprentissage des techniques de progression sur cordes. Les canyons se situent le plus souvent en pleine nature ce qui induit un temps de transport auquel peut s’ajouter une marche d’approche plus ou moins longue.

Déroulement de l’activité

La connaissance de ce milieu spécifique constitue un atout dans l’enseignement des sciences, c’est également un moyen d’accroître la sécurité du pratiquant. Bien que cela ne soit pas une finalité de l’activité, les techniques de progression sur agrès doivent être maîtrisées pour parcourir la plupart des canyons. L’apprentissage est graduel.

Matériel

Une combinaison isotherme qui protège du froid et des chocs, un casque. La progression sur corde nécessite en plus un matériel particulier : baudrier avec longe double, descendeur…

Sites de pratique du canyonisme

Le canyonisme se pratique dans quasiment toutes les régions de moyenne et haute montagne, en métropole et outre-mer. Les canyons sont naturellement creusés par l’eau. Leur morphologie est très variable. Elle est fonction de la nature de la roche encaissante, de la pente, du mode de creusement initial : ainsi il est possible de parcourir des canyons quasi horizontaux ou au contraire très verticaux, plutôt ouverts ou très encaissés.

Rôle des acteurs

Rôle de l’animateur

Faciliter l’intégration de l’activité dans le projet d’animation.

Avant

  • Il prépare l’activité en s’assurant que tous les enfants sont en capacité de participer.
  • Il sensibilise les jeunes au milieu en utilisant des supports visuels.
  • Il organise des activités sous forme de jeux transposables, présente le matériel individuel de canyon.
  • Il vérifie que la tenue vestimentaire est adaptée pour les approches et retours, ajustée pour la combinaison et échange avec l’encadrant pour connaître son rôle et sa place pendant la sortie.

Pendant

  • Il assiste l’encadrant : vérifier que les consignes de sécurité données sont bien respectées.
  • Il s’assure qu’aucun des jeunes ne s’écarte du reste du groupe et vérifie que tous les jeunes sont sortis du canyon.

Après

  • Il réalise un bilan de la sortie et le transmet au directeur.
  • Il exploite les observations faites pendant l’activité.

Rôle du directeur

Proposer des activités en cohérence avec les objectifs du projet pédagogique.

  • Il intègre le projet de l’activité canyonisme dans le projet éducatif.
  • Il informe les parents de la nature exacte du projet (autorisation parentale obligatoire).
  • Il s’assure que le professionnel ou les bénévoles sont en capacité réglementaire d’encadrer.
  • Il informe le ou les intervenants du projet pédagogique et prend connaissance des attentes des éducateurs qui vont encadrer l’activité.
  • Il définit, avec les éducateurs sportifs et les animateurs, le rôle de chacun, avant, pendant et après l’activité.
  • Il connait précisément le lieu de pratique ainsi que le cheminement d’approche et de retour.

Source : Pôle ressources nationale sports nature – Ministère des sports et des jeux olympiques et paralympiques – article du 14 mars 2017 – lien : voir l’article