• infos-canyon mention légale3
  • infos-canyon menttion légale3
  • infos-canyon-mentions légale2
  • infos-canyon -mention-légale1
  • canyon infernet
  • canyon-Georgette-Craponoz
  • canyon-du-Jabron-3
  • orienttation-canyon-2

Accident mortel de canyoning dans la clue d’Amen : le guide condamné (Ouest-France)

Deux hommes, dont un Manceau de 38 ans, avaient trouvé la mort dans un accident de montagne en juillet 2006. Leur guide a été jugé hier, à Nice.

 

Un moniteur breveté d’État en escalade a été condamné hier à un an de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Nice. L’homme a été jugé responsable de la mort de Dominique Gautier, un Manceau de 38 ans, et de François Le Bihan, 47 ans, de Cesson-Sévigné (Ille-et-Vilaine), décédés lors d’une excursion organisée le 12 juillet 2006.

Le moniteur mis en cause encadrait un groupe de cinq hommes originaires de Sarthe, du Tarn-et-Garonne et de Savoie qui avaient l’habitude de se rejoindre tous les ans dans la région pour faire du canyoning, une activité qui combine escalade et nage en eau vive. Ce jour-là, ils visaient la clue d’Amen dans les gorges de Daluis, sur le Var (massif du Mercantour). Une descente considérée comme particulièrement difficile.

Le groupe avait quitté le camping municipal d’Annot (Alpes-Maritimes) vers 9 h et s’était mis à l’eau en fin de matinée. Arrivé à la moitié du canyon, un violent orage avait éclaté dans l’arrière-pays niçois, provoquant une brusque montée des eaux qui avait surpris les six sportifs dans le dernier tiers des gorges. Quatre d’entre eux étaient amarrés à la paroi. Pas les deux victimes, emportées par les flots. L’alerte avait été donnée vers 19 h et les quatre naufragés (le moniteur et trois hommes âgés de 23, 38 et 39 ans) sauvés par un hélicoptère.

Mis en examen pour homicide involontaire et mise en danger d’autrui, le moniteur, âgé de 41 ans et installé en région Midi-Pyrénées, était accusé d’avoir démarré la sortie trop tard, compte tenu des risques annoncés d’orage, et d’avoir négligé de prendre l’échappatoire située au milieu de la descente. Pour sa défense, le prévenu a affirmé lors de l’audience qu’il n’avait détecté aucun signe avant-coureur d’intempéries. Le tribunal n’a pas retenu ses arguments.

Source article publié le 07 mars 2008 par Ouest France . Voir l’article